Rouler sans plaque d’immatriculation, quels sont les risques ?

Rouler sans plaque d'immatriculation

S’il y a bien un
élément avec lequel il ne faut pas jouer, en matière d’automobile, c’est la plaque
d’immatriculation
. Les autorités sont particulièrement vigilantes
sur leur présence et leur conformité. La loi encadre d’ailleurs très
strictement la réglementation. Voici 5 questions et leurs réponses, pour bien
comprendre quels sont les risques de rouler sans plaque d’immatriculation.

À quoi
sert une plaque d’immatriculation ?

La plaque
d’immatriculation, située à l’avant et à l’arrière de votre voiture, est un
élément essentiel et obligatoire. Elle permet d’identifier de manière très
précise, votre véhicule. Depuis 2009, un nouveau système d’immatriculation est
venu remplacer l’ancien. Le système SIV, permet désormais de répertorier et
contrôler, l’ensemble des véhicules
circulant sur le territoire. Depuis l’entrée en vigueur de ce nouveau
fonctionnement, les plaques sont immatriculées au format XX 123  XX.

Quelles
sont les obligations légales vis-à-vis des plaques minéralogiques ?

Afin de mettre tout
le monde sur un même pied d’égalité et pour faciliter le travail des forces de
l’ordre, la loi encadre scrupuleusement les pratiques en matière de plaques
d’immatriculation. De ce fait, vous devez :

    
Avoir une plaque d’immatriculation rétro-réfléchissante, à l’avant de
votre voiture. Celle-ci doit être propre et clairement identifiable. La lumière
des autres automobilistes doit permettre de la lire, même lorsqu’il fait nuit.

    
Avoir une plaque minéralogique rétro-réfléchissante, munie d’un système
d’éclairage
supplémentaire, à l’arrière de votre voiture. Votre plaque doit
être lisible à au moins 20 mètres, grâce à la présence de ces ampoules
d’éclairage.

 

Soyez extrêmement
consciencieux, quant à la bonne tenue de vos plaques. En cas de détérioration,
de masquage ou de non-lisibilité, vous serez sanctionné.

Pourquoi
certains roulent sans plaque ?

Rouler sans plaque
d’immatriculation est formellement interdit par la loi. Cela n’empêche pas
certaines personnes de le faire. En règle générale, les contrevenants circulent
sans plaque minéralogique, pour éviter d’être sanctionnés, par les radars
automatiques, par exemple. En outre, les voleurs de voitures peuvent rouler
sans plaque, en attendant d’en acquérir de fausses. Cela complique le travail
des forces de l’ordre, pour les identifier.

 

Quelles
sont les sanctions, lorsqu’on roule sans plaques ?

Rouler sans plaques
d’immatriculation, peut avoir de lourdes conséquences. Tout d’abord, vous
pouvez être sanctionné d’une amende de 3750€. Ensuite, vous pouvez voir votre
permis suspendu, pour une durée de trois ans. Enfin, votre véhicule peut vous
être confisqué, par les autorités. Des punitions exemplaires très dures, qui
n’en valent pas la chandelle.

Quelles
sont les autres cas de plaques d’immatriculation non-conformes ?

Le fait de rouler
sans plaques minéralogiques, n’est pas la seule situation pour laquelle vous
pourrez être sanctionnées. En effet, si vous roulez avec des plaques
réfléchissantes qui deviennent blanches au contact des radars, vous encourez
une amende de 5ème catégorie (jusqu’à 1500€), une suspension de permis de 3 ans
et un retrait de 6 points. Plus d’informations sur le site Eromi.

Si votre plaque est
détériorée ou sale, vous risquez une amende de 4ème classe, de 135€. Enfin, si
votre plaque d’immatriculation est mal éclairée, vous serez sanctionné par un
PV pouvant aller jusqu’à 90€. 

Permis de conduire à Dijon : comment se préparer au test psychotechnique ?
À quelle fréquence devez-vous vous servir de votre moto ?